Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des chercheurs de l'université d'État de psychologie et de pédagogie de Moscou (MSUPE) ont analysé les recherches sur les facteurs d'idéalisation du corps. Ils ont identifié les mécanismes qui favorisent les idéaux malsains d'attractivité physique dans la société.
L'apparence, l'attractivité physique exercent une influence très nette sur nos relations, mais aussi sur notre bien-être. Les idéaux de beauté sont caractérisés par des critères stricts et nécessitent des efforts considérables afin de les atteindre. Ainsi, l'insatisfaction physique s'est généralisée au cours des 30 dernières années, en particulier chez les filles et les jeunes femmes. C'est ce qu'ont conclu des experts de l'Université d'État de psychologie et de pédagogie de Moscou.
Ces derniers ont étudié les recherches sur les facteurs sociaux et psychologiques de l'idéalisation du corps. Cela leur a permis d'identifier les principaux mécanismes et outils qui contribuent à la promotion d'idéaux malsains d'attractivité physique dans la société. Les résultats sont publiés dans la Revue Psychologique.
"Une contribution importante à l'insatisfaction physique est le résultat de la perception d'un certain type de beauté féminine - un corps séduisant sur le plan sexuel. Ce corps existe pour le plaisir des autres, et sa valeur dépend directement de son attractivité physique", a déclaré Natalia Polskaïa, professeur du département de psychologie clinique et de psychothérapie de la faculté de conseil et de psychologie clinique.
Cette attitude est appelée "objectivation". Chez les filles qui tombent très tôt sous son influence, elle peut se transformer en auto-objectivation - une tendance à s'identifier à son corps et à sa personnalité, et à se concentrer sur la beauté physique au détriment des sentiments intérieurs et des facteurs objectifs de santé. L'auto-objectivation contribue à l'aliénation et à la honte de son corps.
Selon les experts, dans les médias sociaux, l'auto-objectivation serait au cœur du comportement focalisé sur l'apparence. Le contenu relatif au corps et à l'apparence se répand rapidement et devient un modèle à suivre.
Des chercheurs ont révélé que le fait de visionner, de partager et de publier des photos, des vidéos et des textes sur les réseaux sociaux s'avère être un outil permettant de créer les nouveaux standards du corps parfait. Les images idéales les plus fréquentes sont "#thinspiration" (litt. "inspiration par la maigreur", motive à perdre du poids) et "#fitspiration" (litt. "inspiration par la minceur", motive à atteindre un physique athlétique).
"Le principal outil d'idéalisation du corps est probablement le selfie. La création et la publication de selfies permettent aux utilisateurs d'explorer et de contrôler leur identité dans l'espace virtuel, ainsi que de recevoir un retour positif des autres à travers des commentaires. Les images originales sont souvent post-traitées (retouchées)", explique Natalia Polskaïa.
Les études ont montré que le corps naturel était le corps à battre, et que la souffrance (due à une activité physique excessive ou à un régime alimentaire strict) est considérée comme faisant partie du travail sur soi, tandis que les signaux corporels naturels sont ignorés.
Selon les auteurs de l'étude, la création d'un autoportrait idéal constitue un acte de "recréation" de soi en tant que personne physiquement plus attirante, socialement plus épanouie et psychologiquement plus satisfaite. Mais dans le monde réel, les attitudes à l'égard de soi-même et de son corps se détériorent en raison de la prise de conscience du caractère inaccessible de l'idéal créé.
Les chercheurs ont noté que cela conduisait à un éventail de problèmes d'insatisfaction physique, notamment une anxiété accrue et l'attente d'un rejet en raison de l'apparence, la peur d'une évaluation négative de l'apparence par les autres et la honte du corps.

Deux types d'interventions psychologiques

A partir de cette analyse, les chercheurs de l'université d'État de psychologie et de pédagogie de Moscou ont proposé deux types d'interventions psychologiques pour prévenir l'auto-objectivation et les pratiques malsaines d'idéalisation du corps.
La première concerne le développement de méthodes psychologiques permettant de séparer les manifestations personnelles d'auto-objectivation du corps d'un désir sain d'être physiquement attirant et aimé par les autres.
Le second aspect concerne l'introduction de programmes psycho-éducatifs, y compris l'initiation aux médias, dans le travail avec les groupes à risque (par exemple, les adolescentes) et les communautés virtuelles. Leur objectif est de développer des idées sur les différences entre la nature humaine naturelle et l'attitude sexualisée et auto-objectivante envers son corps en tant qu'objet dont la valeur et la fonction sont définies par quelqu'un d'autre.
Cette recherche a été soutenue par la Fondation russe pour la recherche fondamentale dans le cadre du projet de recherche n° 20-013-00429.

Copyright: https://fr.sputniknews.africa/20230109/un-corps-parfait-comment-internet-fait-naitre-de-nouveaux-standards-1057544283.html du 10/01/2023

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :